Comment lire une tablature ?

Comment apprendre rapidement à lire une tablature pour la jouer ?

By Hyacinth (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

Aujourd’hui, il existe plusieurs manières d’écrire la musique. La tablature en est une. Effectivement, il existe aussi les partitions et les grilles d’accord, mais nous en parlons plus en détail dans d’autres articles.

L’avantage de la tablature, c’est que c’est la façon d’écrire est la plus simple à comprendre pour un débutant. En effet, sur une partition les notes ne sont pas précisées et sont généralement désignées par un signe de solfège (noire, blanche, croche, lettre anglaise…).

En premier lieu, il faut savoir qu’une note peut-être jouée à plusieurs endroits sur le manche de la guitare. L’inconvénient de la tablature c’est qu’on ne comprend pas ce qu’on joue. Plus tard, quand vous aurez un niveau plus avancé, il faudra aller au-delà de la tablature pour apprendre à improviser et à composer.

Tout d’abord, une tablature se lit toujours de gauche à droite. Et il en existe plusieurs types.

 

Dans le commerce, on peut trouver ce qu’on appelle des songbook. Ce sont des tablatures payantes et avec des droits d’auteur. Elles sont en revanche très complètes pour rejouer un morceau en entier à la perfection.

Ensuite, il y a les tablatures qu’on trouve sur Internet. Celles-ci contiennent beaucoup moins d’informations, sont écrites au format texte et elles sont donc parfois difficiles à comprendre, voir illisibles. Cependant, elles sont gratuites et ne disposent pas de droits d’auteur.

Et enfin, il y a le logiciel Guitar Pro. C’est un partage de tablatures comme le songbook. Il lit la musique en temps réel, ce qui permet donc de jouer par-dessus la musique en même temps, et de comprendre comment sont écrites les techniques. Évidemment, de par sa qualité, c’est un logiciel payant.

Chez coursdeguitare.fr, nous recommandons fortement le logiciel Guitar Pro. Et d’ailleurs, puisqu’on parle de tablatures, vous pouvez retrouver toutes les tablatures de vos musiques préférées sur notre site. Ce sont les meilleures, elles ont été sélectionnées par qualité et par notation. Maintenant, commençons par parler des cordes sur la tablature.

 

Les cordes

Alors pour commencer, il faut savoir que les cordes sont représentées, en partant du haut, de la plus aiguë à la plus grave. Ça peut paraître contre-intuitif, mais c’est comme ça. Dans le solfège, pour tous les instruments, les graves sont toujours représentés en bas et les aiguës sont toujours représentés en haut.

Chaque corde désigne une note. En partant de la corde la plus grave : mi grave, la, ré, sol, si, mi aiguë. Attention vous verrez souvent le système de notation anglo-saxon. En reprenant dans le même ordre ça donne : EADGBe.

D’ailleurs, cela correspond à votre accordage. Bien qu’il existe plusieurs types d’accordage, le plus couramment utilisé, le plus connu et le plus basique est celui-ci. Donc si votre guitare sonne différemment de la tablature, c’est qu’il y a un problème.

Soit elle n’est pas accordée. Soit votre accordage est différent : soit il est plus haut (plus aigu), soit il est plus bas (plus grave). Sur les cordes, on pourra voir différents signes à interpréter.

On distingue plusieurs signes. Les plus simples sont : les notes isolées, les accords avec des cordes à vide, les accords sans corde à vide, les accords avec dead notes.

 

La base : les notes et les accords

AC/DC – Back In Black (couplet)

Accords : chiffres alignés verticalement

Notes : chiffres isolés verticalement

Les notes

Avant tout, voyons les grands principes de base. Un chiffre correspond à une case sur le manche. De plus, si il n’y a aucun signe (chiffre, croix…) marqué sur la corde, ça veut dire qu’il ne faut pas la jouer.

Donc la note simple, c’est juste gratter sur une corde et appuyer sur une case de votre manche. Ensuite, les cordes à vide sont affichées par un 0 sur la corde. Ça veut dire qu’il faut gratter la corde sans appuyer sur aucune case. Et enfin, une « dead note » aussi appelée « ghost note », ou « bloqué de corde » en français montre qu’il ne faut pas appuyer sur la case mais qu’il faut juste étouffer la corde pour ne pas qu’elle résonne. C’est très important de ne pas la confondre avec la corde à vide. Elle est signifiée par une croix sur la tablature : x.

En ce qui concerne les notes entre parenthèses, il faut distinguer 3 cas : soit la note est facultative, soit il faut la jouer moins fort, soit c’est la suite d’une note qu’on a le choix de laisser sonner ou rejouer. C’est selon votre envie et votre niveau. On peut parfois voir « } » à la place de « ) ».

Le point à la fin d’une note signifie qu’il ne faut pas la laisser sonner.

Les accords

Les accords avec des cordes à vide signifient que vous devez gratter des cases et des cordes à vide en même temps, sur plusieurs cordes. Un accord à plusieurs chiffres veut simplement dire que vous devez gratter plusieurs cordes sur plusieurs cases en même temps. Donc, un accord avec des dead notes est un accord dans lequel vous allez gratter plusieurs cordes, en appuyant sur des cases, et en étouffant certaines cordes.

Après, il existe différentes transitions, techniques et effets.

 

Les différentes techniques

AC/DC – Back In Black (refrain)

 

Hammer-On & Pull-Off

En premier lieu, parlons du hammer-on et du pull-off. Le hammer-on est écrit avec un h. Cela consiste à poser son majeur (sur la main gauche, en prenant ce doigt là comme exemple mais ça peut être sur les autres doigts pour les guitaristes plus avancés) sur une case plus aiguë après avoir gratté la première case avec son index (main gauche toujours). C’est aussi écrit avec un accent circonflexe parfois.

Quant à lui, le pull-off est écrit avec un p. Celui-ci est aussi écrit parfois avec un accent circonflexe. Là c’est l’inverse, sur la même corde on va enlever l’index pour laisser sonner la note la plus grave. Bien sûr que ce soit pour le hammer-on ou le pull-off, il y a un seul coup de médiator, sur la première note. La note d’après se fait donc en posant ou en enlevant un doigt.

Exemples hammer-on : 5h7 ou 5^7

Exemples pull-off : 7p5 ou 7^5

Bend

Ensuite, le bend, écrit avec un b, signifie qu’il faut faire monter la corde pour rendre le son plus aigu. Bien évidemment, pensez à bien initier le mouvement avec vos première phalanges et gardez bien le contrôle du manche avec votre pouce. D’ailleurs, il peut aussi être écrit avec un accent circonflexe sur certains tablatures.

Pour bien faire la différence avec les pull-off / hammer-on, écoutez bien le morceau que vous voulez jouer.

Exemple : 14b15 ou 14^15

Slide

Puis, le slide, lui, consiste à faire glisser son doigt sur la corde tout en restant appuyé sur les cases. Après, il existe aussi la version slide legato. La seule différence c’est qu’on ne joue que la première note avec le médiateur. Le but est de faire paraître la note plus naturelle possible contrairement au premier slide. Il existe aussi le slide shift. Là c’est juste jouer une note sans changer de corde pour ne pas avoir de cordes qui résonnent en même temps.

Slide legato : 7s9

Slide shift : 7S9

Trémolo

Quant à lui, le trémolo est plus connu sous le nom de « vibrato ». C’est symbolisé par une note encadrée par 2 slashs et ça veut dire que l’amplitude de la note doit diminuer de plusieurs demi-tons. Le chiffre entre les slashs indique le nombre de demi-tons à diminuer. Si le haut du slash est dirigé vers la gauche ça veut dire qu’il faut effectuer un vibrato vers le bas (plus grave) pour diminuer l’amplitude. Et vers la droite cela veut dire qu’il faut faire l’inverse, donc jouer le tremolo vers le haut (plus aigu) pour augmenter cette amplitude.

Exemples : 9\7/9 et 7/9\7

Vibrato

Le vrai vibrato, lui, signifie qu’il faut faire vibrer la corde avec son doigt. Le doigt qui appuie sur cette note ne doit pas simplement « trembler », le mouvement doit vraiment être contrôlé avec le poignet et en tenant bien le manche avec le pouce.

Exemple : 5v ou 5~

Palm Mute

La technique du palm mute consiste à étouffer à moitié la corde pour avoir un son qui se rapproche d’une basse rythmique. Il faut semi étouffer avec la paume de la main droite près du chevalet.  C’est souvent utilisé sur les accords.

Symbole : PM ——–

Tapping

Pour jouer du tapping, il faut utiliser le doigt de sa main droite et appuyer sur la note qui vient après le symbole t avec ce doigt. Ça permet de changer très rapidement de note. C’est une technique avancée, avis aux débutants.

Exemple : 5t12t15

Harmonique

Aujourd’hui, il existe plusieurs types d’harmoniques. Tout d’abord, la naturelle se représente par les symboles « < » et « > ». On doit poser son doigt sur la frette à droite de la note. Quant à elles, les harmoniques artificielles sont entre crochets et se jouent avec le médiateur et le pouce. Attention, c’est une technique plus avancée qui demande beaucoup de travail. En effet, on doit frôler la corde avec le pouce. Et c’est surtout sur guitare électrique. De plus, on distingue aussi l’harmonique tapée, qui est représentée entre parenthèses. C’est simple, elle se joue en tapant sur la corde au niveau des micros avec le doigt de la main qui tient le médiator.

Exemples : <7> ou [7] ou 7(10)

Trille

Ensuite, Le trille consiste à effectuer soit 2 hammer-on, dits « trille montant », soit 2 pull-off, dits « trille descendant ». Cela se fait en grattant la corde qu’une seule fois.

Symbole : tr~~~~~~

Picking en Trémolo

Et enfin, le picking en trémolo, situé au-dessus d’une note, signifie qu’il faut jouer en trémolo de manière très rapide et le répéter plusieurs fois sur la note. Parfois, dans les tablatures, le symbole est associé à un slash pour montrer la durée du trémolo.

Symbole : TP

AC/DC – Back In Black (solo)

 

CONCLUSION

Pour conclure, sachez que vous avez accès à plus de 1000 tablatures au format texte sur notre site. Et de surcroît, nous referons un article plus poussé sur les tablatures très bientôt.

Après tout ça, si vous avez la moindre question concernant les bases sur les tablatures, postez un commentaire et nous y répondrons le plus vite possible ! 😉

 

Laisser un commentaire